Équipe Les Espèces Sociales dans leurs Environnements : Adaptation et Évolution "ESEAE" - iEES Paris

L’objectif de l’équipe ESEAE est de comprendre comment la vie en société influe sur les mécanismes d’évolution et d’adaptation à l’environnement des espèces sociales, sur leur biodiversité, et sur les interactions qu’elles établissent avec le reste du vivant. Les changements environnementaux sont un thème transversal. Nos travaux reposent principalement sur les modèles d’insectes sociaux : termites et fourmis. Nous employons une approche intégrative se focalisant sur la morphologie, la physiologie, le comportement, le développement, l’écologie, la biologie moléculaire et la génétique des populations et nous employons des méthodes descriptives, expérimentales et de modélisation.

FourmisLégende : De gauche à droite : Fourmis Temnothorax nylanderi©T.Colin. Termites Nasutitermes ephratae©D.Sillam-Dussès. Expression du gène engrailed (vert : hybridation in-situ) dans un disque imaginal d’aile de larve de la fourmi Mystrium rogeri©M.Molet. Thorax d’une fourmi ouvrière, muscles volumineux de la tête et de l’abdomen©A.Khalife


Axe 1. Implication de la socialité dans l’adaptation aux habitats

Chez les espèces sociales, l’adaptation à l’environnement passe non seulement par les individus mais aussi par la société. Les changements récents dans l’usage des sols (intensification de l’agriculture, déforestation, pollutions métalliques et organiques, urbanisation) et les changements climatiques entraînent une perte, une fragmentation et une dégradation des habitats qui peuvent avoir des effets à tous les niveaux de la biodiversité. Nous étudions comment ces modifications impactent les communautés, les populations, les stratégies de reproduction et la dispersion des sociétés d’insectes.

Les espèces présentes dans les milieux naturels et anthropisés sont délimitées et identifiées en combinant des données de morphologie et moléculaires afin de mieux en décrire la diversité et les particularités. L’effet de la perturbation des écosystèmes sur l’assemblage des espèces est appréhendé au travers de l’étude de la composition et de la richesse en espèces, et de leur structuration en régimes trophiques. Nous quantifions également la différenciation génétique et morphologique de populations urbaines et forestières. Les colonies sont exposées à des environnements stressants au laboratoire afin de tester si les populations urbaines y sont mieux adaptées. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec Claudie DOUMS (MNHN).

La caractérisation des stratégies de reproduction et de dispersion des colonies (nombre d’accouplements, nombre et origine des reproducteurs, fondation indépendante, fission, investissement dans la croissance et dans la reproduction) face à la modification de leur habitat est réalisée en utilisant conjointement des méthodes moléculaires, des approches de génétique du paysage, et des modèles mathématiques à base d’agents dans un environnement spatialement explicite.
Contrairement aux organismes solitaires, les individus des espèces sociales ne font pas entièrement face à l’environnement extérieur, car celui-ci est filtré par la société. L’environnement social pourrait donc jouer un rôle majeur dans l’adaptation de ces espèces aux changements environnementaux. En manipulant les environnements externe et social et la diversité génétique des individus nous quantifions la contribution de ces facteurs à la valeur sélective des colonies.

Axe 2. Diversité des traits d’histoire de vie


La diversité des cycles de vie coloniaux, des phénotypes adultes, et les mécanismes de leur production sont abordés selon différents exemples.

La stratégie de formation des colonies par fission est étudiée à l’aide de modélisations combinant agents et expériences en milieu semi-naturel.

Nous décrivons la biomécanique du transport de charge en nous intéressant à la diversification évolutive des adaptations musculo-squelettiques, en utilisant l’imagerie microtomographique en collaboration avec Evan P. ECONOMO (Okinawa Institute of Science & Technology). Nous départageons les effets liés à la miniaturisation et à la phylogénie, et nous nous intéressons notamment à la différence entre soldats (grosses têtes) et ouvrières. Le « central place foraging » et la défense du nid sont considérés.

Une méthode d’élevage de larves de fourmis avec peu ou pas d’ouvrières est développée afin de quantifier l’implication de l’environnement social dans la diversité des phénotypes produits par les colonies, en collaboration avec Brian L. FISHER (California Academy of Sciences).

Grâce à un dispositif expérimental développé au bois de Vincennes, nous manipulons certains traits coloniaux des sociétés de fourmis, et mesurons les conséquences de ces manipulations sur la valeur sélective de la société dans la nature. Par exemple, nous avons manipulé la diversité de taille et la taille moyenne des ouvrières afin de quantifier le caractère adaptatif de la taille chez la fourmi Temnothorax nylanderi

 

Axe 3. Interactions au sein des communautés


La diversité et le succès écologique des insectes sociaux résultent en partie des interactions qu’ils ont développées au cours de l’évolution avec d’autres espèces, notamment les microorganismes.

Chez les termites, les endo- et exosymbiontes digestifs sont déterminants. Les modalités du maintien de ces symbiontes à travers les générations par transmission horizontale via l’environnement ou verticale via les reproducteurs sont déterminées par des méthodes de pyroséquençage et d’écologie comportementale grâce aux élevages au laboratoire.

Une étude expérimentale de l’interaction fourmis/pucerons est entreprise en nous focalisant sur sa plasticité. En particulier sa nature mutualiste, ou prédatrice, peut être mise en évidence en manipulant les bénéfices obtenus par les fourmis selon qu’une colonie de fourmis a le monopole d’une colonie de pucerons ou l’exploite.

Nous décrivons de nouveaux exemples d’interactions écologiques de prédation, d’herbivorie, de parasitoïdisme et de symbiose établies entre les insectes sociaux et d’autres espèces.

 

Axe 4. Le termite, un modèle original pour étudier le vieillissement


Le vieillissement est en partie programmé génétiquement, ce qui explique que différents mécanismes liés au vieillissement se rencontrent dans la diversité du vivant allant du ver Caenorhabditis elegans, en passant par la drosophile Drosophila melanogaster et la souris, qui sont les principaux modèles utilisés en laboratoire. Chez de nombreux organismes, il a été démontré que la longévité était négativement corrélée avec la reproduction. Seuls les insectes sociaux semblent être épargnés par ce compromis longévité/fécondité et représentent donc un excellent modèle pour comprendre les mécanismes impliqués. Notre équipe, M. Vasseur-Cognet et ses collaborateurs HS. Sul, W. De Beer, E. Bornberg-Bauer, T. Van Dooren et S. Séité, financée par Human Frontier Science Program (HFSP), étudie un nouveau modèle naturel, les reines de termite Macrotermes spp. Chez cette espèce d’insectes sociaux, les reines et rois vivent au moins jusqu’à 30 ans et sont, durant toute leur vie, extrêmement fertiles. En utilisant une approche de biologie intégrative, nous étudions, au cours des différents stades de différenciation de la reine, l’impact de la reprogrammation du métabolisme énergétique sur le taux de reproduction et nous comparons ces données à celles des ouvrières à courte durée de vie et infertiles, du roi très fertile et à longue durée de vie ainsi qu’à celles de reines d’une autre espèce de termite ayant une vie très courte. La comparaison de nos résultats avec d’autres organismes modèles aidera à identifier quels composants moléculaires sont universellement conservés ou modifiés et permettra de mettre en évidence les voies de signalisation impliquées dans la longévité accrue et/ou la reproduction. 


Axe 5. Applications

Au-delà de nos recherches fondamentales, une partie de nos études est directement valorisable :

Des méthodes de lutte biologique durables et respectueuses de l’environnement contre certaines espèces de termites et de fourmis ravageuses dans les systèmes agricoles sont mises au point. Il s’agit d’appâts non toxiques pour l’environnement qui affectent directement le potentiel de développement de la colonie et pas seulement les individus fourrageurs. Des phéromones de piste spécifiques permettent d’attirer vers les appâts toxiques les espèces cibles.

L’originalité et les performances du microbiote intestinal des termites dans la dégradation des composés ligno-cellulosés en font un élément clé des nouvelles recherches en biotechnologie. En partenariat avec des industriels, nous participons au développement de leurs utilisations potentielles en fermenteurs.

Une lignée cellulaire est développée à partir d’une espèce de fourmi pour l’étude du cycle cellulaire avec une meilleurs compréhension de la multiplication cellulaire en lien avec le cancer, avec Alain DEBEC (chercheur bénévole S-U).


Ces cinq grands axes sont dynamisés par le maintien de diverses espèces de termites et de fourmis dans nos infrastructures d’élevages et d’expérimentations tropicales et tempérées.


Publications de l'équipe

Ne concerne que les publications de 2017 à aujourd’hui. Pour voir toutes les publications dirigez-vous vers la page Publications.

RéférenceDOI et liens HALJournalEquipe(s) – Département(s) 
​Jacquier L.~, Doums C., Four-Chaboussant A.°, Peronnet R.*, Tirard C.*, Molet M.* (2020), Urban colonies are more resistant to a trace metal than their forest counterparts in the ant Temnothorax nylanderi. Urban Ecosystems10.1007/s11252-020-01060-9Urban EcosystemsESEAEEcoEvo
Diouf M.,Rouland-Lefevre C. (2017). Chapter 1 :The Fungus-Growing Termites (Termitidae–Macrotermitinae): Biology, Damages on Tropical Crops and Specific Management. In : Termites and Sustainable Management, Vol. 2, Springer Ed., ISBN978-3-319-68725-4​Termites and sustainable managementESEAEEcoEvo
S.Helaoui, M. Mkhinini, I. Boughattas, V. Alphonse, S. Giusti-Miller*, A. Livet, M. Banni, N. Bousserrhine, Assessment of Changes on Rhizospheric Soil Microbial Biomass, Enzymes Activities and Bacterial Functional Diversity under Nickel Stress in Presence of Alfafa Plants,
10.1080/15320383.2020.1771276
Soil and Sediment Contamination: An International Journal
ESEAEEcoEvo
M. MKinini, I. Boughattas, S Hattab, H Boussetta, V Alphonse, A Livet, S Giusti-Miller*, M Banni, N Bousserrhine, Bacterial Functional Diversity and Enzymatic Activities in the Presence of Earthworms Eisenia Andrei Short Term Treated Wastewater Reuse Impact on Soil Microbial Biomass, In book: Recent Advances in Environmental Science from the Euro-Mediterranean and Surrounding Regions – 201810.1007/978-3-319-70548-4_96Recent Advances in Environmental Science from the Euro-Mediterranean and Surrounding RegionsESEAEEcoEvo
Jusselme MD.*, Cézard L.*, Pion F., Baumberger S., Robert A.*, Lapierre C., Diouf M.*, Mora P.,* Miambi E.* (2020) Changes in the Phenolic Fraction of Protobind 1000 and Bacterial Microbiota in the Gut of a Higher Termite, Nasutitermes Ephratae Open Access Journal of Microbiology & Biotechnology, 5: DOI: 10.23880/oajmb-16000169
10.23880/oajmb-16000169Open Access Journal of Microbiology & BiotechnologyESEAEEcoEvo
Doums C, Monnin T* (2020) To have and not to have sex: when multiple evolutions of conditional use of sex elegantly solve the question in the ant genus Cataglyphis. Molecular Ecology 29:445-44710.1111/mec.15352
🔗 HAL
🔗 pdf
Molecular EcologyESEAEEcoEvo
Molet M.*, Péronnet R.*, Couette S., Canovas C.°, Doums C. (2017)Effect of temperature and social environment on worker size in the antTemnothorax nylanderi , Journal of Thermal Biology, 67:22-2910.1016/j.jtherbio.2017.04.013
🔗 HAL
🔗 pdf
journal of thermal biologyESEAEEcoEvo
I. Boughattas, S.Hattab, V. Alphonse, A. Livet, S. Giusti-Miller*, H. Boussetta,  M. Banni, N. Bousserrhine – Use of earthworms Eisenia andrei on the bioremediationof contaminated area in north of Tunisia and microbial soil enzymes as bioindicator of change on heavy metals speciation – Journal of Soils and Sediments – January 2019, Volume 19, Issue 1, pp 296–309.10.1007/s11368-018-2038-8Journal of Soils and SedimentsESEAEEcoEvo
Béhague J.^, Fisher B. L., Péronnet R.*, Rajakumar R., Abouheif E., Molet M.* (2018) Lack of interruption of the gene network underlying wing polyphenism in an early-branching ant genus, Journal of Experimental Zoology Part B: Molecular and Developmental Evolution 10.1002/jez.b.22794journal of experimental zoology ESEAEEcoEvo
Monnin T*, Helft F, Leroy C, d’Ettorre P, Doums C (2018) Chemical characterization of young virgin queens and mated egg-laying queens in the ant Cataglyphis cursor: random forest classification analysis for multivariate datasets. Journal of Chemical Ecology 44:127-136​10.1007/s10886-018-0923-7
🔗 HAL
Journal of Chemical EcologyESEAEEcoEvo
F. Lanouar, I. Boughattas, M. Mkhinini, V. Alphonse, S. Giusti-Miller*, A. Livet, M. Banni, N. Bousserrhine – Effect of Aloe Vera wastes on physico-chemical properties and microbiological activity in soils. International Journal of Environment, Agriculture and Biotechnology, Vol-3, Issue-4, Jul-Aug- 201810.22161/ijeab/3.4.21International Journal of EnvironmentESEAEEcoEvo
Fougeyrollas R.~, Dolejšová K., Křivánek J., Sillam-Dussès D.*, Roisin Y., Hanus R., Roy V. *(2018) Dispersal and mating strategies in two neotropical soil-feeding termites, Embiratermes neotenicus and Silvestritermes minutus (Termitidae, Syntermitinae). Insectes Sociaux, 65, 251-262.10.1007/s00040-018-0606-y
🔗 HAL
Insectes SociauxBioDISDCFE ;
ESEAEEcoEvo
Cronin A.L., Chifflet-Belle P., Fédérici P*., Doums C. 2016. High inter-colonial variation in worker nestmate relatedness and diverse social structure in a desert ant from Mongolia. Insectes Sociaux. 63:87–9810.1007/s00040-015-0439-xInsectes SociauxESEAEEcoEvo
Helft F,~ Doums C, Monnin T* (2016) No evidence of pre-copulatory mate choice by gynes in the facultatively parthenogenetic ant Cataglyphis cursor. Insectes sociaux 63:199-20110.1007/s00040-015-0444-0
🔗 HAL
🔗 pdf
Insectes SociauxESEAEEcoEvo
Rumpel, C.*, Ann, V.`, Bahri, H., Calabi Floody, M., Cheik, S.`, Doan, T.T.`, Harit, A.,Janeau, J.L.*, Jouquet, P.*,Mora, M.L.*, Podwojewski, P.*, Minh, T.T.`, Ngo, Q.A.`, Rossi, P.L., Sanaullah, M.`, 2020. Research for development in the 21st century. Geoderma. 378: 114558.10.1016/j.geoderma.2020.114558GeodermaFESTSols_ZC ;
F2ZCSols_ZC ;
ESEAEEcoEvo
C. Balland-Bolou-Bi,  E. Bolou-Bi, V. Alphonse, S. Giusti-Miller*,  MD Jusselme^, A. Livet, M. Grimaldi*,N. Bousserhine, Impact of microbial activity on the mobility of metallic elements (Fe, Al and Hg) in tropical soils – Geoderma – Volume 334, 15 January 2019, Pages 146-15410.1016/j.geoderma.2018.07.044
🔗 HAL
geodermaESEAEEcoEvo ;
FESTSols_ZC
Mallard, F.,^ Le Bourlot, V., Le Coeur, C.°, Avnaim, M.*, Péronnet, R.*, Claessen, D., & Tully, T.* (2019). From individuals to populations: How intraspecific competition shapes thermal reaction norms. Functional Ecology. doi:10.1111/1365-2435.1351610.1111/1365-2435.13516
🔗 HAL
🔗 pdf
Functional EcologyESEAEEcoEvo ;
VPAEcoEvo
Picot A~, Monnin T*, Loeuille N* (2019) From apparent competition to facilitation: impacts of consumer niche construction on the coexistence and stability of consumer-resource communities. Functional Ecology 33:1746-175710.1111/1365-2435.13378
🔗 HAL
Functional EcologyESEAEEcoEvo ;
EERIDCFE
Auer L., Lazuka A., Sillam-Dussès D., Miambi E.*, O’Donohue M., Hernandez-Raquet G. (2017) Uncovering the potential of termite gut microbiome for lignocellulose bioconversion in anaerobic batch bioreactors Frontiers in microbiology, 8:262310.3389/fmicb.2017.02623
🔗 HAL
🔗 pdf
Frontiers in microbiologyESEAEEcoEvo
V.M. Sinotte, J. Renelies-Hamilton, B.A. Taylor, K.M. Ellegaard, Panagiotis Sapountzis, et al.. Synergies between division of labor and gut microbiomes of social insects. Frontiers in Ecology and Evolution, Frontiers Media S.A, 2020, 7, ff10.3389/fevo.2019.0050310.3389/fevo.2019.00503
🔗 HAL
🔗 pdf
frontiers in ecology and evolutionESEAEEcoEvo
Majeed MZ., Miambi E.*, Barois I., Bernoux M., Brauman A. (2018) Characterization of N2O emissions and associated microbial communities from the ant mounds in soils of a humid tropical rainforest Folia microbiologica, 63: 381-389. ​10.1007/s12223-017-0575-yFolia microbiologicaESEAEEcoEvo
Diouf M.*, Miambi E.*, Mora, P.*, Frechault, S.*, Robert, A.*, Rouland-Lefèvre C.*, Hervé, V. (2018) Variations in the relative abundance of Wolbachia in the gut of Nasutitermes arborum across life stages and castes FEMS Microbiology Letters, 365

10.1093/femsle/fny046FEMS Microbiology LettersESEAEEcoEvo
E. Couic, M. Grimaldi*, V. Alphonse, C. Balland-Bolou-Bi, A. Livet,  S. Giusti-Miller*, M. Sarrazin, N. Bousserrhine, Mercury behaviour and C, N, and P biogeochemical cycles during ecological restoration processes of old mining sites in French Guiana – Environmental Science: Processes & Impacts, published by the Royal Society of Chemistry – 2018 Apr 25;20(4):657-672.10.1039/C8EM00016F
🔗 HAL
Environmental Science: Processes & Impacts, published by the Royal Society of Chemistry ESEAEEcoEvo ;
FESTSols_ZC
Diouf M.*, Sillam-DussesD.*,Alphonse V., FrechaultS.*, MiambiE.*, MoraP.* (2019) Mercury species in the nests and bodies of soil-feeding termites, Silvestritermes spp. (Termitidae, Syntermitinae), in French Guiana. Environmental Pollution 254 (2019) 11306410.1016/j.envpol.2019.113064Environmental PollutionESEAEEcoEvo
Frantz A*., Fédérici P*., Legoupi J*., Jacquin L., Gasparini G*. 2016. Sex-associated differences in trace metals concentrations in and on the plumage of a common urban bird species. Ecotoxicology. 25: 22–29
10.1007/s10646-015-1562-1
🔗 HAL
🔗 pdf
EcotoxicologyESEAEEcoEvo ;
EPEEcoEvo
Massot M*., Legendre S., Fédérici P*., Clobert J. 2017. Climate warming: a loss of variation in populations can accompany reproductive shifts. Ecol lett. 20: 1140-4710.1111/ele.12811
🔗 HAL
🔗 pdf
ecology lettersESEAEEcoEvo ;
CReAEcoSens
Célini L.*, Roy V.*, Delabie J., Frechault S.*, Mora P.* (2020). Présence de Solenopsis globularia (F. Smith, 1858) et Cardiocondyla emeryi Forel, 1881 (Formicidae : Myrmicinae) dans l’île de Saint Barthélemy aux Antilles Françaises. Bulletin de la Société Entomologique de France, 125 (2) : 145 162.​10.32475/bsef_2061Bulletin de la Société Entomologique de FranceBioDISDCFE ;
ESEAEEcoEvo
Marynowska M., Goux X., Sillam-Dusses D.,Rouland-Lefevre C., Halder R., Wilmes P., Gawron P., Roisin Y., Delfosse P. (2020) – Compositional and functional characterisation of biomass-degrading microbial communities in guts of plant fibre- and soil-feeding higher termites. BMC Microbiome, 08,96​10.1186/s40168-020-00872-3BMC MicrobiomeESEAEEcoEvo
Marynowska M, Goux x., Sillam-Dusses D.,Rouland-Lefevre C., Roisin Y., Delfosse P., Calusinska M. (2017).Optimization of a metatranscriptomic approach to study the lignocellulolytic potential of the higher termite gut microbiome. Bmc genomics,doi 10.1186/s12864-017-4076-9​10.1186/s12864-017-4076-9BMC GenomiqueESEAEEcoEvo
Cronin AL, Loeuille N*, Monnin T* (2016) Strategies of offspring investment and dispersal in a spatially structured environment: a theoretical study using ants. BMC Ecology 16:410.1186/s12898-016-0058-z
🔗 HAL
🔗 pdf
BMC EcologyESEAEEcoEvo ;
EERIDCFE
Khimoun A., Doums C., Molet M.*, Kaufmann B., Péronnet R.*, Eyer P.A., Mona S. (2020) Urbanization without isolation: unexpected absence of genetic structure among cities and forests in the tiny acorn ant Temnothorax nylanderi. Biology Letters, 16.10.1098/rsbl.2019.0741
🔗 HAL
Biology LettersESEAEEcoEvo
Honorio R.~, Doums C., Molet M.* (2020) Manipulation of worker size diversity does not affect colony fitness under natural conditions in the ant Temnothorax nylanderi. Behavioral Ecology and Sociobiology, 74: 10410.1007/s00265-020-02885-2Behavioral Ecology and SociobiologyESEAEEcoEvo
Doums C., Ruel C., Clémencet J., Fédérici P*., Cournault L., Aron S. 2013. Fertile diploid males in the ant Cataglyphis cursor: a potential cost of thelytoky? Behavioral Ecology and Sociobiology. 67: 1983-199310.1007/s00265-013-1606-6
🔗 HAL
Behavioral Ecology and SociobiologyESEAEEcoEvo
Peeters C.*, Ito F., Wiwatwitaya D., Keller RA., Hashim R., Molet M.* (2017) Striking polymorphism among infertile helpers in the arboreal ant Gesomyrmex. Asian Myrmecology, 9: 1-1510.20362/am.009015Asian MyrmecologyESEAEEcoEvo
Bertucci M., Calusinska M., Goux X.,Rouland-Lefevre C., Untereiner B., Ferrer P., Gerin P.A., Delfosse P. (2019) – Carbohydrate Hydrolytic Potential and Redundancy of an Anaerobic digestion Microbiome Exposed to Acidosis, as Uncovered by Metagenomics. App. Env. microbiol., 85:e00895-19​10.1128/aem.00895-19
🔗 HAL
🔗 pdf
App. Env. microbiolESEAEEcoEvo
Diouf M.*, Hervé V., Mora P.*, Robert A.*, Frechault S.*, Rouland-Lefèvre C.*, Miambi E.* (2018) Evidence from the gut microbiota of swarming alates of a vertical transmission of the bacterial symbionts in Nasutitermes arborum (Termitidae, Nasutitermitinae) Antonie van Leeuwenhoek, 111: 573-587
10.1007/s10482-017-0978-4Antonie van LeeuwenhoekESEAEEcoEvo
Boulay R, Aron S, Cerdá X, Doums C, Graham P, Hefetz A, Monnin T* (2017) Social life in arid environments: the case study of Cataglyphis ants. Annual Review of Entomology. 62:305-32110.1146/annurev-ento-031616-034941
🔗 HAL
Annual Review of EntomologyESEAEEcoEvo
Honorio R.~, Châline N., Chameron S (2019). Pre-existing differences in putative fertility signals give workers the upper hand in ant reproductive hierarchies. Animal Behaviour, 157:129-14010.1016/j.anbehav.2019.09.007
🔗 HAL
🔗 pdf
animal behaviourESEAEEcoEvo
Doums C, Fédérici P*, Schiffet-Belle P, Monnin T* (2018) Worker thelytoky allows requeening of orphaned colonies but increases susceptibility to reproductive cheating in an ant. Animal Behaviour 135:109-11910.1016/j.anbehav.2017.11.013
🔗 HAL
🔗 pdf
Animal BehaviourESEAEEcoEvo
Londe S~, Molet M*, Fisher BL, Monnin T* (2016) Reproductive and aggressive behaviours of queen-worker intercastes in the ant Mystrium rogeriand caste evolution.Animal Behaviour120:67-7610.1016/j.anbehav.2016.07.026
🔗 HAL
Animal BehaviourESEAEEcoEvo
Cronin AL, Monnin T*, Sillam-Dussès D*, Aubrun F~., Fédérici P*, Doums C (2016) Qualitative bias in offspring investment in a superorganism is linked to dispersal and nest inheritance. Animal Behaviour119:1-910.1016/j.anbehav.2016.06.018
🔗 HAL
Animal BehaviourESEAEEcoEvo
M. Mkhinini, I. Boughattas, V. Alphonse, A. Livet, S. Giusti-Miller*, M. Banni, N. Bousserrhine, Heavy metal accumulation and changes in soil enzymes activities and bacterial functional diversity under long-term treated wastewater irrigation in East Central region of Tunisia (Monastir governorate) – Agricultural Water Management – Volume 235, 31 May 2020, 106150
10.1016/j.agwat.2020.106150Agricultural Water ManagementESEAEEcoEvo
Moutou-Tchitoula DP., Nguimbi E., Giusti-Miller S E.*, Mora P.*, Kobawila S C., Miambi E.* (2018) Assessment of dominant bacterial strains isolated from Ntoba mbodi, an indigenous African alkaline-fermented food, and their potential enzyme activitiesAfrican Journal of Microbiology Research, 12:779-787
10.5897/AJMR2018.8875African Journal of Microbiology ResearchESEAEEcoEvo

🔗 Voir l’ensemble des publications de l’institut

Membres de l'équipe

Nom PrénomCorpsEmployeurDépartement et ÉquipeAdresseTéléphoneMél
DIOUF Michel NgorMCUPECÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
bâtiment P – 2e étage – bureau : P4 222
(+33) 01 45 17 15 06michel.diouf@u-pec.fr
FEDERICI PierreIECNRSÉquipe ESEAE du Département EcoEvoCampus Pierre et Marie Curie
Tour 44-45 – 4e étage – bureau : 418
(+33) ‭01 44 27 31 45‬pierre.federici@upmc.fr
FINAND BasileDoctorantSorbonne universitéÉquipe EERI du Département DCFE,
Équipe ESEAE du Département EcoEvo
Campus Pierre et Marie Curie
Tour 44-34 – 5e étage – bureau : 508
(+33) 01 44 27 42 55basile.finand@etu.upmc.fr
FRECHAULT SophieIEUPECÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
bâtiment P – 2e étage – bureau : 224
(+33) 01 45 17 19 93frechault@u-pec.fr
GIUSTI-MILLER StephanieIEUPECÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
bâtiment P4 – 2e étage – bureau : 224
(+33) 01 45 17 19 93giusti@u-pec.fr
JACQUIER LaurenDoctorantSorbonne universitéÉquipe ESEAE du Département EcoEvoCampus Pierre et Marie Curie
Tour 44-34 – 5e étage – bureau : 508
(+33) 01 44 27 42 55lauren.jacquier@etu.upmc.fr
LUPOLI RolandCDD IEIRDÉquipe ESEAE du Département EcoEvoIRD Bondy
bâtiment A – RDC étage – bureau : 16
(+33) 01 48 02 59 62roland.lupoli@ird.fr
MAZURAS NicolasIEUPECÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
bâtiment P4 – 2e étage – bureau : 224
(+33) 01 45 17 19 93nicolas.mazuras@u-pec.fr
MIAMBI EdouardMCUPECÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
bâtiment P – 2e étage – bureau : 220
(+33) 01 45 17 15 07miambi@u-pec.fr
MOLET MathieuMCSorbonne universitéÉquipe ESEAE du Département EcoEvoCampus Pierre et Marie Curie
Tour 44-45 – 5e étage – bureau : 510
(+33) 01 44 27 26 94mathieu.molet@sorbonne-universite.fr
MONNIN ThibaudDRCNRSÉquipe ESEAE du Département EcoEvoCampus Pierre et Marie Curie
Tour 44-45 – 5e étage – bureau : 504
(+33) 01 44 27 36 10thibaud.monnin@upmc.fr
ROULAND-LEFEVRE CorinneDR EmériteIRDÉquipe ESEAE du Département EcoEvoIRD Bondy
bâtiment A – RDC étage – bureau : 16
(+33) 05 55 98 01 51corinne.rouland-lefevre@ird.fr
SEITE SarahPost-doctorantIRDÉquipe ESEAE du Département EcoEvoIRD Bondy
bâtiment A – RDC étage – bureau : 14
(+33) 01 48 02 59 62sarah.seite@ird.fr
VASSEUR-COGNET MireilleCRINSERMÉquipe ESEAE du Département EcoEvoUPEC Créteil
UPEC Batiment P4 – 2e étage – bureau : 222
(+33) 01 45 17 15 06mireille.vasseur@inserm.fr

🔗 Voir l’organigramme

🔗 Voir l’annuaire