Archives

Indiscipl'inee

Indiscipl’INEE – PODCAST – Une monde d’écosystèmes

Les écosystèmes existent à toutes les échelles de temps et d’espace. Le corps humain lui-même en est un. Ils reposent essentiellement sur 3 notions : les interactions (entre eux, mais aussi entre le vivant et le non vivant), la diversité (des milieux, des échelles d’espace et de temps, des espèces qui les peuplent, etc.) et l’équilibre (parfois impacté et bouleversé de diverses manières). Les comprendre est donc indispensable pour saisir le fonctionnement de notre planète et mieux la préserver.

Lire la suite / Read more
Charge virale

Les vaccins protègent contre la COVID-19, mais ne sont pas infaillibles

Une collaboration entre des chercheurs du CNRS et les laboratoires BioGroup a donné lieu à l’analyse d’un grand nombre de résultats de tests PCR de détection du SARS-CoV-2, le virus de la COVID-19. Si la vaccination est liée à une charge virale plus faible chez les personnes ne présentant pas de symptômes jusqu’au jour du test, les données n’ont pas permis de détecter une différence de charge virale liée à la vaccination chez les personnes symptomatiques. Ce résultat, publié dans Eurosurveillance, est important pour décider des mesures d’isolement à adopter pour les personnes vaccinées infectées.

Lire la suite / Read more

Vidéo CNRS Images – Puits de carbone, une chance pour le climat

Cornelia Rumpel, Directrice de Recherche CNRS et Marie-Liesse Aubertin, Doctorante Sorbonne Université à iEES Paris ont participé au documentaire “Puits de carbone” de la série “Anticiper la société de demain – Les grands défis de la science” proposée par CNRS Images. Elles parlent de l’effet de l’agriculture intensive et de l’intérêt de la préservation des sols. Elles expliquent comment mieux stocker le carbone dans les sols tout en augmentant la quantité de matière organique afin de redonner ses fonctions aux sols, de les rendre plus fertiles et plus productifs.

Lire la suite / Read more

France inter – Comment réduire l’impact environnemental de la recherche ?

La recherche scientifique est soumise à un questionnement sur les modalités de la transition écologique, pour réduire son empreinte carbone. Le collectif “Labo 1 point 5” promeut une culture bas carbone dans la communauté scientifique.
Tamara Ben Ari de l’équipe EMS du département DCFE prend la parole dans l’émission de la Terre au carré de France inter.

Lire la suite / Read more
COVID

Les implications de Florence Débarre dans la recherche sur l’évolution de l’épidémie de COVID-19

Florence Débarre, chercheuse du CNRS spécialiste de biologie évolutive de l’équipe EERI du département DCFE, fait partie du comité scientifique de la plateforme MODCOV19 qui vise à coordonner les recherches en modélisation sur l’épidémie COVID-19. Elle est intervenue à plusieurs reprises dans les médias autour de l’épidémie et de l’évolution du virus.

Lire la suite / Read more
ourmi Myrmecia croslandi

À la recherche de la fourmi du bout du monde et de son génome unique

La fourmi Myrmecia croslandi , une espèce australienne endémique, possède un patrimoine génétique très simple de deux chromosomes identiques. Seules deux espèces animales, découvertes à ce jour, présentent cette particularité, l’autre étant un nématode. L’intérêt supplémentaire de cette fourmi est que les femelles (ouvrières) sont diploïdes (deux paires de chromosomes homologues) et les mâles, qui proviennent d’œufs non fécondés, sont haploïdes, c’est-à-dire un seul chromosome.
Cet organisme pourrait donc constituer un nouveau modèle biologique pour étudier la division cellulaire. L’objectif serait d’étudier directement l’organisme ou de dériver des lignées cellulaires à partir d’embryons de fourmis.

Lire la suite / Read more
poison medaka

Pêcher moins, et de plus petits poissons, pour continuer à en pêcher des gros !

La pêche intensive provoque en moyenne une diminution de 30 % de la taille du corps des poissons. Cette diminution en taille réduit les rendements de la pêche, et a des conséquences écologiques importantes. Des chercheurs se sont intéressés aux mécanismes d’évolution inhérents aux populations de poissons pêchés. Leurs résultats, parus le 16 mars dans la revue Ecology Letters, suggèrent que ce rapetissement ne résulte pas seulement de la pêche sélective des grands poissons, mais aussi de l’affaiblissement par la pêche de la sélection naturelle, dépendante de la densité d’individus, au sein de ces populations.

Lire la suite / Read more