termitières

The Conversation – Est-ce que les termites sont (seulement) des nuisibles ?

En France, les termites sont considérés comme des mangeurs insatiables de bois, et donc représentent un coût relativement élevé pour nos sociétés. Et on ne parle pas de centaines d’euros mais plutôt de millions voire de milliards en Amérique du Nord et en Europe.

C’est vrai aussi que les termites peuvent, dans certains contextes, représenter une menace pour la sécurité alimentaire ou des intérêts économiques en s’attaquant à certaines cultures (maïs, canne à sucre, etc.). En Afrique de l’Ouest (Bénin par exemple) et de l’Est (Éthiopie), ce sont dans certaines situations jusqu’à plus de la moitié des cultures qui peuvent être perdues, consommés par seulement quelques espèces de termites.

Faut-il pour autant en faire une généralité ? Les termites ne font-ils que cela ? Non. Les termites (attention, on dit une fourmi mais un termite) offrent même de nombreux services que l’on appelle « écosystémiques » à la nature et nos sociétés. Ils vont par exemple mélanger les sols (on parle de bioturbation) et les rendre plus fertiles à la fois chimiquement et physiquement, par exemple en améliorant la quantité de nutriments (azote, phosphore, silice…) disponibles pour les plantes, ou en augmentant la porosité des sols, ce qui permet une meilleure infiltration et une meilleure rétention de l’eau.

🔗Lire la suite sur le site de The conversation

🔗 et repris par le 20 minutes

Auteur

  1. Pascal Jouquet Écologue des sols à iEES Paris (FEST – Sols_Z), Institut de recherche pour le développement (IRD)

Partenaires

Institut de Recherche pour le Développement (IRD) apporte des fonds en tant que membre fondateur de The Conversation FR.

Photo

Présence de termitières (produites par Macrotermes gilvus) qui sont exploitées dans les rizières par les agriculteurs qui les « taillent » pour fertiliser leurs parcelles tout en les maintenant actives. 

Fourni par l’auteur

Related Posts