EGU2021

Evénement EGU21

Voici toutes nos contributions pour l’EGU General assembly 2021, du 23 au 30 avril 2021 (Vienne).


J.-L. Janeau, ingénieur de recherche IRD à iEES Paris (équipes FEST et F2ZC), est co-organisateur d’une session d’EGU21.

Mots clés : paysages agricoles, gestion des cultures, processus hydrologiques, agroécologie, agroforesterie, écohydraulique, dispersion

Session HS2.10.7 | Ecohydrology in agroecosystems
Convener: Fabrice Vinatier | Co-conveners: Seraphine Grellier, Jean-Louis Janeau, Gabrielle Rudi

Les processus écohydrologiques sont de première importance dans les agroécosystèmes où les flux d’eau sont entraînés par la végétation, cultivée dans les champs ou naturelle dans les prairies, les habitats semi-naturels et les zones interstitielles (canaux ouverts, bordures riveraines, inter-rangs de cultures pérennes) autour des cultures cultivées.

Les pratiques humaines sont un levier clé pour modifier la composition et les propriétés de la végétation dans les agroécosystèmes. Bien que la compréhension de ces processus soit importante pour améliorer la gestion agricole (par exemple, réduire l’érosion des sols et le stress hydrique), il existe une demande scientifique croissante pour déterminer comment la végétation peut équilibrer les processus écohydrologiques dans les systèmes de production agricole. Cela est nécessaire pour soutenir des pratiques innovantes et durables dans des domaines tels que l’agroforesterie et l’agroécologie.

Cette session vise à rassembler des études qui prennent en compte les différents composants de l’agroécosystème dans les évaluations écohydrologiques.

Nous invitons les contributions qui se concentrent sur l’impact (positif ou négatif) de l’intervention humaine à travers différentes utilisations des terres et leurs pratiques agricoles associées sur les processus écohydrologiques (par exemple, transpiration des plantes et utilisation de l’eau, influence de la végétation sur l’écoulement des cours d’eau, flux d’organismes dans l’eau) à travers les échelles (plante, parcelle, paysage et bassin versant) et les méthodes (télédétection, proxydétection, expériences, télédétection et modélisation).

 

L’appel à résumés à l’Assemblée générale de l’EGU 2021 est désormais ouvert (date limite: 13 janvier 2021). Si vous souhaitez soumettre un résumé lors de cette session, rendez-vous sur :

🔗https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU21/session/38756


Cornelia Rumpel, Directrice de recherche CNRS à iEES Paris (équipe FEST), organise les sessions :

BG3.26 | Soils and Global Change

Les sols sont liés à de nombreux services écosystémiques et profondément impliqués dans les cycles biogéochimiques mondiaux et le cycle de l’eau. Les changements mondiaux, y compris le changement climatique, la perte de biodiversité et la perturbation des cycles biogéochimiques (1) affectent les processus du sol et (2) sont affectés par les processus du sol à travers des mécanismes de rétroaction. Cette session invite les contributions sur les études expérimentales et de modélisation qui étudient ces impacts et interactions. Les contributions axées sur les sols organiques et minéraux dans des régions climatiques contrastées sont les bienvenues. Une attention particulière sera accordée aux études empiriques et de modélisation du carbone du sol et de sa réponse au réchauffement, et de la vulnérabilité des écosystèmes dans différents types de sols. Nous encourageons vivement les efforts interdisciplinaires des expériences et des réseaux d’observation collectant des données à long terme, réparties géographiquement.

Si vous souhaitez soumettre un résumé lors de cette session, rendez-vous sur :

🔗 https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU21/session/38848

BG3.9 | Global shift in boreal forests and wetlands carbon cycle

Il est prouvé que les forêts boréales du biome de la taïga seront fortement affectées par le changement climatique actuel. L’augmentation des températures mondiales pourrait entraîner la migration de la limite sud de la taïga vers le nord, tandis que les zones centrales des forêts boréales seraient affectées par les changements de leur environnement. De plus, la fréquence des incendies augmentera probablement, ce qui entraînera une perte directe de biomasse et de matière organique dans les gaz à effet de serre et le dégel du pergélisol. Ces changements conduisent à l’altération de toutes les composantes du système de la taïga et affectent en particulier le bilan carbone des forêts humides et des tourbières. Il existe une grande incertitude quant à la capacité de cet écosystème à continuer de fournir des services écosystémiques sous le changement climatique. Certaines données suggèrent que les zones humides devraient diminuer avec un climat de plus en plus chaud, mais rien ne prouve que ce serait un processus universel. La fréquence des incendies est susceptible d’augmenter et pourrait entraîner une perte de biodiversité et de carbone hérité. Un passage du cycle du carbone dans les forêts boréales et les terres humides d’un puits à une source pourrait affecter les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre en raison de ses importants stocks de carbone et dépendrait de la réponse de la zone critique aux changements environnementaux. La session invite les contributions examinant les changements qui se produisent dans le cycle biogéochimique du carbone dans le système de sol végétal des forêts boréales et des zones humides à différentes échelles. Nous nous intéressons particulièrement aux études mécanistes traitant des processus sous-jacents (du sol). Des études expérimentales et de modélisation sur les effets des changements à plus grande échelle sont également les bienvenues.

Si vous souhaitez soumettre un résumé lors de cette session, rendez-vous sur :

🔗 https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU21/session/38818


Naoise Nunan, Chercheur CNRS à iEES Paris (équipe BioDiS) est co-organisateur de la session :

SSS4.1 The soil microhabitat: characterization and driving role in soil ecology

Le sol, en tant qu’environnement très hétérogène, comprend une myriade de microhabitats abritant une biodiversité inégalée, y compris des micro-, méso-, macrobiote et racines de plantes. Plusieurs paramètres physiques et chimiques définissent le microhabitat du sol: la géométrie de l’espace poreux, notamment sa connectivité, la distribution de l’eau à l’échelle microscopique et la nature, la distribution et l’association des composés organiques au sein de la matrice minérale du sol (associations organo-minérales, agrégats du sol ). Les variations de ces paramètres se traduisent par des micro-gradients d’oxygène, d’humidité, de nutriments et de composés organiques, agissant comme des filtres écologiques pour le biote du sol, favorisant généralement la coexistence de stratégies écologiques contrastées. De plus, le microhabitat du sol exerce des contraintes importantes sur la mobilité du biote du sol, avec des conséquences majeures sur les interactions entre les organismes du sol et des répercussions sur la structure des réseaux trophiques du sol. Enfin, les microhabitats sont très variables dans le temps, constamment remodelés par de nombreux facteurs tels que l’alternance des cycles humides et secs, l’activité du biote du sol, en particulier les racines des plantes et les ingénieurs des écosystèmes et l’apport de matière organique fraîche.
Dans cette session, nous aimerions inviter des contributions sur: (i) le décryptage des principaux moteurs de la formation et de la variabilité spatio-temporelle des microhabitats du sol, tels que la libération d’EPS, la formation de biopores, etc., (ii) la quantification des rôle du microhabitat du sol dans la détermination de l’écologie des sols, par des approches de terrain et expérimentales (microcosmes, contrôle du potentiel matriciel, traçage isotopique, etc.) ou de modélisation; (iii) décrire les propriétés physico-chimiques des microhabitats du sol, notamment en développant de nouveaux outils (µCT, NanoSIMS, microscopie, etc.), ou reconstruire des microhabitats artificiels pour des travaux expérimentaux reproductibles (Soil chips, etc.). Enfin, les études évaluant la variabilité de l’activité du sol au sein de la matrice du sol, se concentrant notamment sur l’analyse moléculaire microbienne, sont également les bienvenues.

Si vous souhaitez soumettre un résumé lors de cette session, rendez-vous sur :

🔗 https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU21/session/38709

Date

Avr 19 2021
Expired!

Heure

9 h 00

Plus d'Infos

Lire la suite

Lieu

Vienne
Vienne

Organisateur

EGU
S'INSCRIRE

Newsletter

Suivez-nous & partagez ;-)

Séminaires et événements

Pas d'événement actuellement programmé.

Mots-clefs

Catégories